Avoyerie de murten Index du Forum
Avoyerie de murten Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

[RP]Sur les rives du lac Léman.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Avoyerie de murten Index du Forum -> Archive Morat -> Archive de la Halle -> La nouvelle Halle des Moratois -> La halle de Morat
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jehane
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2010
Messages: 977
Localisation: Murten ou en voyage.
Féminin

MessagePosté le: Mer 16 Fév - 11:39 (2011)    Sujet du message: [RP]Sur les rives du lac Léman. Répondre en citant

{HRP/ Comme la vie des Royaumes réserve parfois des surprises! Vlà ti pas que ma poupée qui prend l'air et qui réfléchit sur ses états d'âme au bord du lac comme elle avait coutume de le faire à Morat (faut pas changer les habitudes de sa poupée vous savez!) fait une rencontre qu'elle aurai préféré éviter.
Mais bon, un RP entamé est un RP à continuer, wai quoi que  LJD Jeje aurait préféré qu'on laisse ma barbie toute seule au lac et qu'on ne lui envoie pas un "Ken"! qui a voulu piller sa mairie bien aimée! Enfin...
J'vous fait partager!... /HRP}

Jehane a écrit:
Froid cinglant en ce matin de février, au bord du lac de Lausanne.
Jehane renifle, ajuste son capuchon, colmate les ouvertures de son col à cause du petit vent glacial qui s'immisce partout avec une impertinence à lui geler les os. Ses yeux larmoient.
Elle souffle sur ses doigts raides et presque bleus avant de glisser les mains sous les manches de son gros lainage.

Devant elle, l'immensité grise et quelques mouvements de l'onde.
Au loin, là où l'étendue d'eau rejoint le ciel, la brume s'épaissit. Gouffre profond d'où l'on ne revient pas?

Un frisson parcourt son corps...

Regard rivé sur l'horizon, elle demeure là, sans bouger, sans même sourciller, plantée comme un roseau devant le lac qui peut-être, lui apportera des réponses.
Bahhh celui de Morat lui, il parlait... En tout cas, elle l'entendait.
C'était un confident, témoin de ses joies, de ses peines, de ses états d'âme.
Il lui en racontait des secrets en échange de ses confidences!
 Il la consolait, la soutenait, lui permettait, sans juger de lui abandonner ses larmes et ses colères.
Jamais, elle ne le quittait sans avoir reçu un cadeau, sous quelque forme que ce fût...

C'est le cri d'une buse qui la sort de sa rêverie. Le lac n'a rien dit... Sans doute doit-elle l'apprivoiser un peu. C'est vrai quoi, faut qu'ils fassent connaissance tous les deux, faut qu'ils apprennent à se reconnaitre!
Auront-ils le temps?

Pourtant, elle aurait voulu murmurer son tourment...

Hier, elle était allée se coucher la tête pleine de pensées mais légère comme un souffle. C'est pas grave ça, mais oublier de travailler, ne même pas songer à défendre ... là, non, c'est impressionnant.
Bon, c'est qu'en s'éveillant, fraîche comme une rose, qu'elle s'est rendue compte de tout ça et heureusement sans quoi, elle n'aurait pas dormi.
Au lieu de ça, elle était tombée dans les bras de Morphée sans sommations, comme un bébé et elle a rêvé... rêvé d'un être plein de charme, plein de.....


C'est bon Jeje, arrête, t'es là à moitié transformée en statue d' glace, tu t'les pèles et tu si tu continues comme ça... Quoi, t'as envie d'y passer la journée, t'as rien à faire, là, le long des remparts? T'as pas des choses à lui dire à.... euh... au principal héros de tes rêves?

Bredouille, faut bien l'avouer, son premier contact avec Monseigneur le Lac n'avait rien fourni.
Bredouille mais...
Ah ah AAAAAAHTCHOUMMMMMMMM emrhubée...bien enrhubée bêbe!...



Angel_de_chevelu a écrit:
- A vos souhaits Jehane...

Angel était assis sur une grosse pierre plate, à jeter de petits galets dans l'eau verte du Léman, espérant ainsi tromper la longue attente que lui imposait sa convalescence.

Il avait reconnu la dame de Morat, venue témoigner à cet étrange procès dont il ne savait plus trop s'il avait été réel ou rêvé.


- Vous devriez en boire, de cette eau miraculeuse, vu votre état...

On dit que dans l'ancien temps une Fée s'est baignée dedans, et que, héritant de son magnétisme corporel, les eaux se sont chargées d'un mystérieux pouvoir curatif ainsi que de la mirifique vertu de transmuter les cailloux qu'on y jette en or, et, plus merveilleux encore, d'exaucer le vœu que formulerait celui qui en boirait trois gorgées d'affilée dans la décennie à venir.

Par malheur, cette légende est tombée en désuétude à compter du fatidique jour où, mû par son inextinguible soif de lucre, un certain commissaire au commerce de la Confédération s'y noya tête première pour avoir voulu vérifier d'un peu trop près le bien fondé de la légende. Dès lors on en a plus parlé... mais la vieille de la montagne me l'a racontée, à moi.



Jehane a écrit:
Affairée à chercher un mouchoir de poche, Jehane eut un sursaut d'effroi à l'évocation de son nom.
Une main tenait le carrée d'étoffe blanche sur son nez et l'autre se porta à son cœur.


Bondé divine, vous b'avez fait beur! On s'connait?
Bardonnez-moi.


Volte face, mouchage pas très discret (faut ç'qui faut!)

Ah ça va mieux! Mais ouiiiiiiii, j'me rappelle,  la révolte à Fribourg, la tentative à Morat, des prétextes étonnamment hurluberlus, oui... et le tribunal aussi.
Euh, chuis désolée pour votre maman


Elle regardait par terre.
Étrangement, il ne répondit pas mais se mit à déballer une histoire d'eau miraculeuse, de fée, de souhaits exhaussés....



Oh llllllllla, doucement!
Vous dites que si je bois de cette eau, je guérirais de mon rhum? Et qu'en plus avec trois gorgées en enfilade, tous mes souhaits seraient exhaussés pour dix années?

Rhooo c'est pas gentil de vous moquer de moi.


Quand même, elle aurait bien tenter sa chance mais elle le fera quand il sera parti. Peut-être disait-il vrai? Enfin, lui, ne faisait que répéter mais la vieille?

Vous prétendez, comme la vieille dame, que les cailloux seraient transformés en or?
Bah, vous y croyez, vous?
C'est pour cette raison que vous avez un galet dans la main?

Méfiez-vous, je vais vous dénoncer et toute l'Helvétie va savoir qu'un savoyard veut s'enrichir sur le dos de la Confédération!!!


Elle se mit à rire de bon cœur , ramassa un caillou et...

Allez, on essaie? Attention... prêt?



Angel_de_chevelu a écrit:
Les pseudo-menaces de Jehane arrachèrent un sourire à Angel, le premier depuis longtemps.

- Bien sûr que j'y crois ! Mais les cailloux ne flottant pas, et ce lac étant si profond, je n'enrichis pas grand monde sinon le lac lui même en tapissant son fond d'un matelas d'or...

Il jeta son galet bien à l'horizontale. Celui-ci fit une paire de joyeux rebonds sur la surface calme de l'eau avant de sombrer définitivement dans les profondeurs du Léman.

- Vous voyez l'autre rive ? C'est chez moi... Il me tarde de pouvoir y rentrer. Alors en attendant, j'y envoie de petits galets comme autant de messages pour que l'on ne m'y oublie pas.

Ce sont des cailloux d'intention, qu'on dit. Après les avoir ramassés sur la berge, je les retourne dans ma main sept fois, à chaque fois que la mouette rigole, imprégnant ainsi l'objet de mes pensées du moment et d'un souhait. Après ça je l'expédie... ça vaut toutes les missives du monde.


Angel sortit alors un petit galet blanc de sa poche et le tendit à Jehane.

- Vous voulez essayer ? Celui-là se nomme "Paix".


Jehane a écrit:
Jehane demeurait songeuse. Le voilà qu'il lui parlait de cailloux d'intention. Il lui en avait tendu un qu'elle fixa d'un œil septique.

Ainsi, lui, il s'appelle PAIX? Et bien, grand bien lui fasse parce qu'en ce moment c'est pas vraiment adapté!!
Bon, j'le lance... mais c'est la Savoie là? Sais pas si j'peux hein, zont fait du mal à des amis, v'savez! Oui raison d'plus m'direz-vous!
Attendez...


Attention, préparer un tir n'est pas une mince affaire!
Jeje secoua les épaules, décontraction oblige.
Elle plissa les paupières pour adapter sa vue, ferma même un œil, prit un élan et.... non!! Pas possible, trop de pensées en tête!
Un peu de diversion...


Un matelas d'or.... Ah ça fait rêver.
Bien dites-donc, ça me donne une idée tout ça!


Quatre doigts pliés, le pouce redressé en guise de primo.

J'bois un coup et zouuuuuuuu, envolé, le rhume!

L'index s'aligna au pouce.

J'avale alors trois gorgées d'affilée et j'envoie mon souhait:

Jeje mima la petiote qui demande une faveur. Mains jointes en prière, tête relevée vers le ciel, les yeux clos pour une meilleure concentration et, la voix bien posée:

OHHHHH joli lac à l'eau magique, peux-tu faire en sorte que je devienne sirème, maintenant, tout de suite?

Petite attente. Tentative de remuer la queue...euh la nageoire... Seuls les pieds bougeaient.
Yeux désolés, mine défaite...


Bah c'est du pipeau vos histoires!! C'est pas d'main la veille qu'on verra  Jeje s'prom'ner sur l'eau en agitant la queue avant d'se coucher sur son matelas d'or!

Elle revint vers les paroles de celui qui lui faisait penser à un druide.
Elle attendait...


Alors quoi, vous la chatouillez ç'te mouette pour la faire rire? J'vais pas rester comme ça un temps infini, moi!
Et puis d'abord, si v'zarrivez à la faire rire, j'vous offre une bonne chopine, pas ici hein, parce qu'on s'les gèle, et mieux encore, j'vous promets d'pas vous dénoncer à l'inquisition!
L'est pas belle la vie, mm?




Angel_de_chevelu a écrit:
Se détendant au fur et à mesure de la conversation, Angel se prit même à rire de l'impatience de Jehane.

- Ah par Saint Maurice, voilà bien les femmes... à vouloir tout, et à le vouloir sans délai ! Puisque je vous dis que vostre souhait se réalisera dans la décennie à venir, il se réalisera, mais il vous faut faire montre de patience !

Et pour faire bonne mesure il rajouta:

- Je le jure sur la simarre des juges cantonaux, la blanche guimpe des nonnes chablaisiennes et la saincte pelisse de Goupil le Roux. Que s' il appert d'aventure que mensonge souilla ma parole, je jeûnerai sept fois huit jours sur le Mont Salève, les poils du cul pour seul équipage.

Voilà pour le coup qui ferait bien rire les mouettes, pensa-t'il.



Jehane a écrit:
Elle ne sut pas si la mouette riait et elle ne le saura jamais. Par contre ce qui fut certain , visible et fortement audible, c'était le fou rire qui la prit à la suite de la réaction de l'ange!

Et bien dites donc, j'en ai mal au bide! C'est que vous vous y connaissez en Saints et en accoutrements d'religieux! Z'êtes du métier ou quoi? Quoi que... les poils du cul... sont pas des paroles très dignes d'un....

Elle avait tant de mal à réfréner son hilarité qu'elle se tenait encore le ventre à deux mains.

Et bien, moi qui croyais m'ennuyer avec vous!
Bon, pour en revenir à nos moutons, vous avez raison, la patience, c'est pas ma tasse de thé! Bah, on ne vit qu'une fois, enfin, c'est ç'qu'on dit, alors, autant pas trainer à obtenir ce dont on a envie, ou à faire selon nos envies.

Comment vous faites vous pour patienter? Parce que chuis convaincue qu'ici, vous.... euh... vous vous ennuyez quoi. Votre pays vous manque, vous avez l'temps long...
Peut-être quà vot' place j'aurais déjà tenté la traversée du lac jusqu'à l'autre rive!

Et bien voilà, chuis désolée pour vous, parce que vot'truc là, s'il avait mieux fonctionné ou plus rapidement en tout cas, je serais déjà sirène et j'vous promets, vous vous seriez, sur mon dos et pas loin d'en face!
Tant pis maint'nant, va falloir que vous attendiez... dix ans pitêtre!...


La tête était rentrée dans ses épaules relevées, ses lèvres pincées en un demi sourire, la mine déconfite d'un enfant qui dit: Valà, cro tard, n'a pu, pati, pou toujou!...



Angel_de_chevelu a écrit:
- Oh je l'ai souvent traversé ce lac ! Chaque jour que Dieu fait depuis mon départ, pour être honnête. Mais en pensée seulement. Car mon corps s'obstine à rester planter sur ces coteaux Lausannois comme un vieux cep de vigne, et cela depuis un mois... depuis cette sinistre nuit fratricide...

Avant que la mélancolie ne le prenne de nouveau, Angel se hâta de changer de sujet, essayant de s'imaginer Jehane en sirène.

Il sourit à cette image.


- Je vous vois très bien en sirène lémanique... Cheveux arachnéens flottant au moindre souffle, yeux tour à tour pétillants et langoureux qu'une touche de bleu de myosotis rehausserait ; teint frais comme la rose entrouverte du matin, bouche vermeille et bien dessinée, taille svelte, chute de reins en arceau, hanches de violon, démêlant et lissant votre fine chevelure d'ocre en fredonnant votre aria favorite que scanderait avec l'allégresse d'un métronome votre frétillante... queue de morue ! Ah, non vraiment, songez-y... voilà un bien beau tableau qui finirait en queue de poisson !



Jehane a écrit:
C'est qu'il était joli le tableau décrit par l'ange. Celui-là aussi aurait fait rêver Jehane, si toutefois un mot n'était pas venu dénaturer la scène.
Jehane fit la grimace, comme si au centre de l'œuvre qu'elle admirait apparaissait la lame brillante d'un couteau prêt à lacérer la toile.


NANNNNNN, pas ça!!
Pardon, non, de grâce Angel, pas les morues, je vous en conjure, pas elles!
Rien que la prononciation du mot fait remonter des odeurs horribles sous mon nez, beuuuuuurk.


Elle agitait la tête en soufflant et utilisait sa main en éventail.

Ah là vraiment, chuis déçue!
Vous savez, dans le Lémant, y en a pas! C'est sûr ça, ces bestioles-là sont toutes restées dans une seule et unique partie du lac de Morat et Déos merci, elles ne s'éparpillent pas!


Replonge un court instant dans ses souvenirs. Bref moment de nostalgie? Sans doute...le temps passe si vite, les êtres aussi...

Vous n'avez jamais entendu parler d'un certain Henki?
 C'était quelqu'un j'vous l'dis, un sacré bonhomme!
Toujours souriant voire farceur.
 Il était propriétaire d'une parcelle de rive et c'est lui qui avait entrepris d'y établir un élevage de... des poissons dont on parle!
Ahh c'est que ça prolifère ces ptites choses hein, c'est que c'est voraces aussi!! Bref, comme y en avait trop, Henki eut l'idée de conserver les invendues pour en faire des armes, des armes re-dou-taaaa-bles, croyez-moi.
Aussi en avait-il toujours plein les poches! Oui oui les poches.
A la moindre incartades en tavernes, il en sortait une, puis deux, puis trois et les lançait à la tête de celui ou celle, sans distinction, qui l'embêtait ou le taquinait tout simplement. Parfois, il pleuvait des... des morues en taverne -- vite, elle se ventile-- et il fallait trois ou quatre jours avant de revoir un client au comptoir!
J'peux vous dire que depuis cet unique jour où il avait bloqué la porte pour empêcher les femmes de sortir, je scrute par les fenêtres des établissements avant d'entrer... au cas où... on n'sait jamais!...

Quoi, vous m'croyez pas? Euh vous vous endormez ou quoi?

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Fév - 11:39 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jehane
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2010
Messages: 977
Localisation: Murten ou en voyage.
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Fév - 19:55 (2011)    Sujet du message: [RP]Sur les rives du lac Léman. Répondre en citant

Angel_de_chevelu a écrit:
- Non, non... je pensais... je pensais que si l'on avait fait la guerre avec des morues, ma mère sentirait certes mauvais mais serait toujours en vie !

Il se leva et jeta un dernier caillou dans le lac, prenant garde à ne pas assommer de morue du Léman.

- Mais le pire, ici, ce ne sont point les morues... Ce sont les glougloubes. Ce sont d'hideuses créatures qui ressemblent à d'énormes loches difformes aux yeux vert-de-gris et globuleux, et dont les barbillons dégouttent une bave aussi épaisse que la glaire ou le glaviot d'un poitrinaire cloué à son grabat. Elles se tapissent dans les herbiers, ces perfides bestioles, ou se terrent dans le limon, prêtes à bondir sur le nageur imprudent.



Jehane a écrit:
Il avait raison, le pauvre, une guerre à la morue eut été plus pestilentielle mais oh combien moins douloureuse!

Il s'était remis à converser et au fil de ses divagations, Jehane affichait une grimace de dégoût de plus en plus ridicule.


Des glougloubes??????? Ohhhh créatures hideuses et perfides?
Quoi? Dans les herbes???? Nannnnnnnn!!!


Elle se mit à gesticuler comme une folle qu'une tarentule aurait mordue, sautant d'un pied sur l'autre en inspectant le sol.
Le cheval d'Angel, qui patientait à proximité fut le refuge idéal.
Ni une ni deux, elle sauta en selle et réalisa subitement le ridicule de la situation.


Combien d' couleuvres m'avez-vous fait avaler d'puis qu'nous discutons?
Tchuuut, j' veux rien savoir! Et d'ailleurs, j' bougerai plus.
Si vous voulez rentrer chez vous, il vous faudra d'abord me ram'ner chez moi!



Angel_de_chevelu a écrit:
Voilà que la donzelle avait, après une séance si amusante de danse de Saint Guy, sauté sur Murmure, et qu'elle le sommait de la raccompagner !

Je suis votre obligé, Jehane, femme-poisson.
Et pour ces belles couleuvres, requiers votre pardon.
Pour ce discours tenu en toute bonne insouciance,
Sans parfois faire trop état de la science,
Oubliant mon statut d'héritier patenté,
Oui j'avoue, et sans honte, que je me suis lâché.
 
Je n'suis pas malgré ça, un menteur patenté,
En vous offrant ainsi vérités moins soignées,
Que celles que l’on déclame dans les doctes ruelles,
Ce n’est pas par mépris de vous, belle jouvencelle.
C’est peut-être mon jeune âge qui oublie quelques fois,
Le goût qu’il faut avoir pour les dogmes et la loi.

C'est que j'aime bien trop, culbuter les barrières,
Ce qui peut expliquer mes mauvaises manières.
Cela peut expliquer, certes pas excuser,
Acceptant la leçon sans trop la récuser,
À votre injonction, damoiselle, j’obtempère!
Dès que vous m'aurez dit... où loge votre commère.


Et quand il put enfin s'arrêter de rire, Angel attrapa les rennes du cheval, et au pas le guida hors de la berge en direction de la cité vaudoise.

_________________


Revenir en haut
Jehane
Admin

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2010
Messages: 977
Localisation: Murten ou en voyage.
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Fév - 19:56 (2011)    Sujet du message: [RP]Sur les rives du lac Léman. Répondre en citant

Angel_de_chevelu a écrit:
- Non, non... je pensais... je pensais que si l'on avait fait la guerre avec des morues, ma mère sentirait certes mauvais mais serait toujours en vie !

Il se leva et jeta un dernier caillou dans le lac, prenant garde à ne pas assommer de morue du Léman.

- Mais le pire, ici, ce ne sont point les morues... Ce sont les glougloubes. Ce sont d'hideuses créatures qui ressemblent à d'énormes loches difformes aux yeux vert-de-gris et globuleux, et dont les barbillons dégouttent une bave aussi épaisse que la glaire ou le glaviot d'un poitrinaire cloué à son grabat. Elles se tapissent dans les herbiers, ces perfides bestioles, ou se terrent dans le limon, prêtes à bondir sur le nageur imprudent.



Jehane a écrit:

Il avait raison, le pauvre, une guerre à la morue eut été plus pestilentielle mais oh combien moins douloureuse!

Il s'était remis à converser et au fil de ses divagations, Jehane affichait une grimace de dégoût de plus en plus ridicule.


Des glougloubes??????? Ohhhh créatures hideuses et perfides?
Quoi? Dans les herbes???? Nannnnnnnn!!!


Elle se mit à gesticuler comme une folle qu'une tarentule aurait mordue, sautant d'un pied sur l'autre en inspectant le sol.
Le cheval d'Angel, qui patientait à proximité fut le refuge idéal.
Ni une ni deux, elle sauta en selle et réalisa subitement le ridicule de la situation.


Combien d' couleuvres m'avez-vous fait avaler d'puis qu'nous discutons?
Tchuuut, j' veux rien savoir! Et d'ailleurs, j' bougerai plus.
Si vous voulez rentrer chez vous, il vous faudra d'abord me ram'ner chez moi!




Angel_de_chevelu a écrit:

Voilà que la donzelle avait, après une séance si amusante de danse de Saint Guy, sauté sur Murmure, et qu'elle le sommait de la raccompagner !

Je suis votre obligé, Jehane, femme-poisson.
Et pour ces belles couleuvres, requiers votre pardon.
Pour ce discours tenu en toute bonne insouciance,
Sans parfois faire trop état de la science,
Oubliant mon statut d'héritier patenté,
Oui j'avoue, et sans honte, que je me suis lâché.
 
Je n'suis pas malgré ça, un menteur patenté,
En vous offrant ainsi vérités moins soignées,
Que celles que l’on déclame dans les doctes ruelles,
Ce n’est pas par mépris de vous, belle jouvencelle.
C’est peut-être mon jeune âge qui oublie quelques fois,
Le goût qu’il faut avoir pour les dogmes et la loi.

C'est que j'aime bien trop, culbuter les barrières,
Ce qui peut expliquer mes mauvaises manières.
Cela peut expliquer, certes pas excuser,
Acceptant la leçon sans trop la récuser,
À votre injonction, damoiselle, j’obtempère!
Dès que vous m'aurez dit... où loge votre commère.


Et quand il put enfin s'arrêter de rire, Angel attrapa les rennes du cheval, et au pas le guida hors de la berge en direction de la cité vaudoise.

_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:38 (2017)    Sujet du message: [RP]Sur les rives du lac Léman.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Avoyerie de murten Index du Forum -> Archive Morat -> Archive de la Halle -> La nouvelle Halle des Moratois -> La halle de Morat Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com